paradis, possiblement

by Les Jeunes d'Asteure

supported by
/
  • Includes unlimited streaming via the free Bandcamp app, plus high-quality download in MP3, FLAC and more.

     $10 CAD  or more

     

  • Record/Vinyl

    Includes unlimited streaming of paradis, possiblement via the free Bandcamp app, plus high-quality download in MP3, FLAC and more.
    shipping out on or around January 15, 2017
    edition of 275 

     $25 CAD or more

     

  • T-Shirt/Apparel

    Design 2-couleurs imprimé à la main par Rémi Belliveau sur Gildan blanc. Conçu par Rémi Belliveau selon un texte de Marc Chamberlain et une photo de Jim Dupuis.

    2-color design hand-printed by Rémi Belliveau on Gildan white. Original design by Rémi Belliveau after a poem by Marc Chamberlain and a photo by Jim Dupuis.
    ships out within 14 days

     $15 CAD or more

     

1.
2.
06:45
3.
4.
5.

about

Autant collage surréel que drame poétique, “paradis, possiblement” anime une suite d'images paradoxales qui tentent de construire et de déconstruire l'idée utopique du paradis. Conçue dans la tradition éclatée du art rock des années 1960, cette musique méandre entre les styles et les structures pour livrer une expérience d'écoute complexe demandant une considération de A à Z.

credits

released October 27, 2016

tags

license

all rights reserved

feeds

feeds for this album, this artist

about

Les Jeunes d'Asteure Moncton, New Brunswick

contact / help

Contact Les Jeunes d'Asteure

Streaming and
Download help

Redeem code

Track Name: I don't want no Eve
Relax my Donna, call me Léo Devinci.
I’ve got a white Lombardy wooden panel Ready-made in Tuscany.
Want a couple of Carrara marble columns? Call up Ricky Sanzio.
You know I schooled that kido back in Athens under Angelo’s Sistine chapeau.
I don’t want no Eve,
I want a Swan and silky Leda –
I’ve got so much love to give.
That crooked smile got profile like a virgin. La dama con l’ermellino
don’t got nothing on me
– chocolate Lady.


God c’est beau.


La prodigieuse progéni-
ture tue les temps cuz c’est beau.
Bohèmes abreuvent et muent des dents
pleurant les poètes d’antan.
Les musiciens aiment semer
la nostalgie cuz c’est beau.
L’art c’est trop intelligent
passé l’premier plan.
Maybe chus un bad guy newly gone good?
J’avais la patte dans l’papier
but là chus plate à mourrir!
Le chronomètre est muni de monuments
pis j’ai peur que j’run out de temps.


Les mots me manquent;
mon sang saisit l’horloge.
Quosser qu’a arrivé?
J’voulais vivre si longtemps.
Priez, exaucez
pour moi ce dernier voeux :
couchez-moi sur mon lit,
faisez sur que j’suis beau.
Les anges vont venir me cri
pour m’emporter au monde du sommeil.


Bailles-y cellule
conquer and divide.
Mets les deux pieds.
Win the war by taking sides.
Cock it, load, jouis.
Naïve Lucy
hollow be thy crâne. L’homme a gagné.
Isn’t it a crying shame?
La chicane est pris.
It’s all the same,
la bomb est dans le colis...


All of a sudden
heaven made a scene
and God came flying
in on a machine.
The cops came runnin’
and shot that vessel down.
Angels were crying
as people gathered round.
Then from the wreckage
the creator arose
one arm extended
in classic Grecian pose.
The people listened
as god stated his claim asking : could anybody spare some change?


Les temps sont durs;

le fantôme joue le clochard,
vole comme une météore.
Moi dans ma cabane

ej réssuscite les morts
guettant la neige dehors.
L’armoire est blanche de poussière –
ça fait des mois

que j’attends mon repas.
J’prie pour un quêteux qui
donne sa langue au chat,
qui mange n’importe quoi.


La vie est si belle;

lune et soleil brillent en même temps.
J’cours les arc-en-ciels

sous les nuages blanc-diamants.

La pelouse est verte,

à perte de vue fleurs épanouies.

Vive la découverte

imaginaire selon Disney.


Pardonne-moi déesse,
donnes-tu la confesse?
J’vas pu à la messe,
penses-tu c’est ok?
Track Name: Goupil Jones
Iceberg au large! Bête dans la baie!

Gavons la glace! Feedons-y d’la viande salée...
C’est animal de penser comme ça,
but c’est l’hiver faut stocker du gras...


Quand l’méchant loup se prononçait
sur l’état des animaux d’la forêt

on disait que la monarchie s’imposait.
Croisant la faucille au marteau

l’agneau noir, le renard et le corbeau

se baptisaient «La Solution de Bourreau».
Puis Goliath s’est présenté

au palais un paquet après l’épée.

Le méchant loup se sentait soudainement divisé.


Maître Corbeau

dans un arbre perché

tenait dans son bec un naufrage.
Maître Renard

par l’odeur iodée

y t’cheint à peu près ce langage :
La soif d’un agneau

le rend si hardi,

sa témérité le rend si beau.
Le Loup sans procès

exerce son appétit.

C’est lui capitaine du bateau.


Hey, you come on out before I cut you down!


Des fois y faut perdre si qu’on veut gagner.
On perd le foin aux chaleurs d’été.

D’une épreuve à l’autre on n’abandonne pas.
On casse la roche pour un mur de bois.
Pis là tour à tour on lève notre chateau.
On laisse la grange pour les animaux.
Track Name: Geppetto / Pour Donna
GEPPETTO

Straight out du canon

j’ai tappé 100 milles à l’heure

– soleil dans la mire –

but la lightbulb a cassé

pis j’ai tombé dans la mer

en blâmant la cire.

La lumière m’a dépassé mi-ch’min en allant
vers le néant.
Quatre membres de cassés

quand j’ai rev’nu à la terre

– un mort enseveli

dans son corps de bois sablé

criant à l’atmosphère :

«T’cheins-moi loin des vrais garçons».


POUR DONNA


Shooting star show no light.

Watchons nos vie en black and white.

La nuit est jeune. L’hiver est mort.

En langues de cygnes lisons nos corps...
nos corps.


Le chemin au paradis est long –

sans prendre compte toutes les stops along the way.
Si les arbres nous donnent leurs forbidden fruits
la snake s’ra trop chaude pour marcher.
Dans l’jardin j’ai vu condamnée ma muse.
En meme temps j’ai vu les pearly gates.
Ça fait mal, but traîner tout seul c’est pire
dans les poussières à Galileo.


Chantons nos mythologies.

La faune est bein au paradis.

La chèvre est belle le bouc est beau
dans les coulisses du gros bateau.
Track Name: Bayou Goula / Glisser
BAYOU GOULA

Pleine lune thy be condemened,
à pendre sur le Bayou.

Les prophètes sortent dans la rue
dénonçant le voodoo.
«Don’t feed the Loop-Garous»
avertissent les prêcheux.

Les kids sont pas vaccinés,
les monstres sont contagieux.
The Doctor, converti,

y passe tous les maisons
partageant la bonne nouvelle
des stainless balles d’argent.
Une dans la cible

c’est vraiment tout ça prend,

so prends tes craintes pis oublie-les.


Tourne, tourne, tourne le moulin

pis déplore le prix fou du pain.

Ces temps durs de fantôme

vont nous voir tous mourrir de faim.


Nous les humains,

soldats dans un film de science-fiction,
perdons terrain.

Convaincus d’être les gagnants

– nos égos vont nous détruire.


Gris-Gris Bayou

...yé, li konin tou, gris-gris
Li, ti, kowri, avec

vieux kikordi; oh, ouais, yé...
Le konin bien li...

Konin.


GLISSER

Donna! Is anybody home?!

Come out, the city’s burning down!

The wolves are taking Rome!

I’m losing faith in humanity.

It feels like we’re standing six feet underground.
If thunder strikes me down in virtual reality
don’t cry for me – I’ve got you baby.


Lay back, Donna, sous l’poids de tes paupières.
Tu rêves, Donna, en Technicouleur.


La scène – en 3D. L’air est numérique.
Toi mon polygone, rendu en tons de chair
serre-moi fort dans tes données.

J’veux jamais m’réveiller.


La sueur, Donna, joue aux billes sur ta peau.
Toute seule, Donna, embrasse ton Roméo.


La scène est parfaite. Tout est symétrique.

Toi mon polygone, baisant en code binaire.
J’perds le fil de mes idées devenues pixelisées.


This is it j’entends l’alarme. This is it j’entends le bruit.
This is it essuie tes larmes. This is it goodbye la nuit.
Track Name: Ainsi esclaves
Night and day gone à b-b-b-bégailler
about les grands n-n-noms du passé.
Toujours en chialant su’ zeux du présent,
(but) parle-moi du futur j’dis n-n-n-non.
Pis j’drive avec le pied pesant
because ej veux m’en aller back dans l’temps.
Si le feu prend dans mes glaçons

le monde pourra dire c’est cuz j’fends le vent.
En drivant sur les ch’mins glissants
si j’perds la bouteille j’perds mon ballant.
Good morning city we’re forecasting some snow
so lock yourself indoors.
T’cheins-toi au chaud.

La tempête s’en vient (le feu est pris chenous).


Des fois c’est plus fort que moi,

j’me vois haller l’alarme.

L’enfant passe la loupe sur ses fourmis
pis moi j’ai peur qu’on m’blâme.


Sur mon cheval j’navigue sous les vagues
qui montent dans mes poumons.
J’crache des mots sales,

tousse comme un malade
allergique aux saisons.

La pompe en panne. Le tar qui magane.
J’suis même pu l’rythme de mon coeur.
Tous les courants
qui m’emportaient sont now bouchés.
Man peux-tu croire? Dans mon lit couché.


Babe are you sitting down?

Faut j’te dise dequoi please juste freak pas out;
fate juste decided that maybe this ain’t
where we belong.


Sable dans l’horloge

casse le fond du verre
brosse le ballet

pis vas t’en en paix.

Comme une étincelle dans la braise
laisse-toi envoler
vers les plages qui t’ont forgé.

Guidé par les soupires de la mer

ascends vers le ciel

déclenche un orage d’ordre militaire

pis drop-moi un coup d’foudre su’ la tête.
Mon corps est vulgaire
comme une bête
dans la tempête.